Point sur le marché Vegan et son packaging alimentaire

Dans la lignée de notre article Packaging alimentaire : comment se positionner sur les produits “sans” (gluten, lactose..) entre opportunités et réglementations ?”, nous nous attardons aujourd’hui sur le marché du Vegan et sur la réglementation qui s’y applique pour le packaging des produits alimentaires vegan.

Nous avons analysé dans l’article dédié l’ampleur des marchés du sans-gluten et du sans-lactose, en terme de diversité de profils de consommateurs, qu’ils soient intolérants, “suiveurs” de tendance, ou plus largement en quête d’une alimentation plus saine associée à leur bien-être. 

Plus qu’une tendance, donc, une quête de fond, celle du retour aux sources, à la simplicité et au naturel, qui s’ancre dans les nouvelles habitudes de consommation et qui s’illustre de façon d’autant plus significative concernant le véganisme.

Le véganisme traduit un mode de vie qui bannit la consommation de tout produit issu d’animaux et de l’exploitation animale.

“En 2016, les ventes de produits vegans ont augmentées de 82% en France.’ (source)

Retour sur les chiffres clés du véganisme en France 

Source : cabinet d’études CHD Expert sur le marché végétarien et vegan en France. Année : 2016.

  • 67 % des Français connaissent la tendance Vegan
  • 5% des Français se déclarent végétariens et 2% se déclarent vegan
  • 1 Français sur 2 consomme végétarien occasionnellement ,
  • 2 Français sur 10 consomment vegan occasionnellement ,
  • 8 Français sur 10 n’ont jamais fréquenté un établissement 100% végétarien,
  • 9 Français sur 10 n’ont jamais fréquenté un établissement 100% vegan,

Qui sont les consommateurs de produits alimentaires Vegan ?

Si peu de Français s’affirment comme étant végétariens et vegans (en 2016), ils sont nombreux à consommer végétarien ou vegan de façon occasionnelle voire régulière. 

Le Vegan représente donc une demande de consommation réelle et croissante.

Selon un sondage Opinion Way (2016), 48% des consommateurs français disent avoir augmenté leur dépense sur les produits Vegan dans les douze derniers mois de l’année.

Parmi les 35-49 ans, 18% envisagent de devenir végétariens.

Le succès des légumineuses, graines, céréales complètes et des “super aliments” ne font que démontrer cette quête de substituts à la viande.

Si ce marché est en pleine croissance, c’est aussi parce qu’il fait des adeptes auprès des flexitariens.

En dehors des végétariens, vegans ou végétaliens, les flexitariens représentent en effet une part importante de ces consommateurs de produits vegan, en privilégiant les légumes et en diminuant leur consommation de viande.

Le point commun de l’ensemble de ces profils est la recherche de transparence et de sécurité alimentaire, tout en privilégiant une cuisine naturelle alliée au goût, à l’authenticité et au plaisir. 

Ce sont donc ces valeurs qu’il est indispensable de mettre en valeur sur le packaging d’un produit alimentaire Vegan.

 

Qu’en est-il des labels “Vegan” à apposer sur le Packaging ?

La particularité de la certification végane, c’est qu’elle n’est pas obligatoire, ni réglementée. 

L’enjeu est donc de rassurer le consommateur, qui fait face à une profusion de mentions et de pictogrammes “Vegan” sur les packaging de produits en rayons. Comment être sûr que ces produits qui se réclament Vegan le sont réellement ? Comment garantir qu’il ne s’agit pas de publicité mensongère et d’opportunisme ? (lire l’article “Packaging alimentaire : comment se positionner sur les produits “sans”, entre opportunités et réglementations ?”).

Heureusement, certains labels et logos sont soumis à une expertise et à des contrôles. Ces labels sont créés par des organismes officiels indépendants qui sont capables de déterminer la conformité des produits avec le mode de vie vegan. 

Parmi eux :

Le label E.V.E.  (Expertise Végane Europe) créé par un organisme français de contrôle et de labellisation.

 Le label Certified Vegan par l’association Vegan Awareness Fondation

Le label Vegan Society

 

Pour respecter les exigences de transparence et de sécurité, il est non seulement indispensable d’apposer un label reconnu par un organisme officiel, mais également de délivrer des informations claires et lisibles pour aider le consommateur à faire son choix sans douter.